Rendez-vous manqué

La station spatiale internationale fait 16 fois le tour de la terre en 24 heures. Les astronautes embarqués à bord nous envoient toutes sortes d’images. Ils se filment en train de boire de l’eau, de dormir, de se peigner, de travailler… Ils nous procurent également de magnifiques photos de la terre. Thomas Pesquet a fait une myriade de clichés qui remplissent nos yeux d’émerveillement.

Cependant une chose m’intrigue. Je dois même avouer que ça m’énerve particulièrement lorsque je vois les photos des articles ci-dessous.

Sur toutes ces photos, la station spatiale est minuscule devant l’énorme lune. Quelle chance ! Ce serait chouette que les occupants en profitent pour photographier la lune, non ? Ils sont si proches par rapport à nous. Ils n’ont pas d’atmosphère qui brouille les photos. Lorsque la lune est pleine, le soleil est derrière eux par rapport à la lune. Donc ils ont une occasion unique de réaliser des clichés plus sublimes que ne pourraient le faire tous les satellites d’observation réunis. Lorsque les astronautes font des sorties dans l'espace, une caméra filme l'expédition. Le ciel est noir ébène, la lune n'est jamais sur les images. C'est triste.

Une caméra embarquée dans l’ISS filme la terre en permanence. Plusieurs sites internet fournissent le lien permettant de visualiser la vidéo en temps réel. C’est plaisant au début mais à force, on se lasse de voir ces éternels nuages qui floutent la terre sur fond de ciel noir uniforme. La station passe et repasse. Comment se fait-il que la lune n’apparaisse jamais dans son champ de vision ? La caméra ne montre que le ciel vide et la terre brumeuse, la lune n’est jamais visible à l’horizon. Quelle déception. L’ISS a pourtant été lancée en 1998. Cela fait à peu près 22 ans qu’elle fait 16 fois le tour de la terre tous les jours. Comment sa camera externe s’est-elle débrouillée pour rater la lune pendant tout ce temps ?

Des photographes sur terre arrivent à capter des images de l'ISS qui transite devant la lune. Alors comment l'ISS parvient-il à ne jamais immortaliser ces multiples rendez-vous récurrents avec la lune ?

Retour