Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Amah

Pour commencer, je me nomme Amah Ozou-Mathis. En Afrique de l'Ouest, "Amah" signifie que je suis née un Samedi, le jour dédié à la planète Saturne. Informaticienne de profession, je m'intéresse à tout ce qui peut m'aider à comprendre concrètement le fonctionnement de l'existence. La spiritualité, la psychologie et le développement personnel jouent dans mon parcours, un rôle aussi important que les sciences et les technologies. Je n'adhère à aucune religion car je préfère rester libre de mes mouvements mentaux et émotionnels, ce qui est impossible lorsqu'on doit obéir à des dogmes, appliquer des enseignements ou suivre des "maîtres".

Depuis l'enfance j'ai toujours été obsédée par la vérité. Lorsqu'on se base sur des mensonges, on vit dans l'angoisse et l'instabilité. On se demande combien de temps ça va tenir. Le cœur bondit à chaque fois que des soupçons menacent de briser l'hypocrite harmonie de façade. La vérité permet de mener une vie plus simple, plus sereine, plus pérenne, plus fluide, plus dynamique.

Mais qu'est-ce que la vérité ? C'est ce que nous ne pouvons pas changer. Si je rêve que j'ai gagné 10 millions d'euros au Loto, je peux décider que ce n'est pas 10 mais plutôt 20 millions. Ce n'est pas la vérité donc je peux modifier le chiffre à volonté. Par contre si je me lève un matin en décrétant que désormais les humains respireront de l'hydrogène au lieu de l'oxygène, je risque d'être déçue. Je ne peux pas changer ça, personne ne le peut, pas même le dictateur le plus irrationnel. Nous respirons de l'oxygène pour vivre, c'est la vérité. Je peux abandonner le mot "oxygène" et dire "zigouigoui" à la place. Les molécules nécessaires à la survie de mon corps ne changeront pas de nature pour autant. La vérité, nul ne peut la changer.

Alors j'observe tout au quotidien, afin de percevoir la vérité immuable au delà des apparences évanescentes. Je n'ai confiance en rien ni personne tant que je n'ai pas l'assurance de leur véracité. Je n'ai foi ni en la religion, ni en la science. À chaque fois que c'est faisable, je demande à vérifier, à expérimenter par moi-même. Je ne veux pas croire, je veux savoir. Si les connaissances qu'on me transmet sont aberrantes alors j'échafaude mes propres théories, basées sur la logique, en attendant avec impatience que la vérité émerge.

Comme beaucoup de personnes, j'aime admirer le ciel étoilé. Hélas, à force de le scruter j'y ai vu des choses qui ne collent pas avec les explications avancées par la science. Un simple exemple. Que représente l'étrange photo ci-dessous ?

VenusOn y voit la porte de mon salon, orientée plein Sud. La lumière est allumée car il fait nuit noire. Le plafond, les murs et les meubles se reflètent dans les vitres. Un train passe dehors, sur un talus non loin.

Malgré le déluge de lumière et les obstacles, on voit aussi la planète Vénus ! Avec un smartphone bas de gamme, cela donne un petit point bleuâtre mais de mes yeux j'ai vu avec stupéfaction un gros point blanc lumineux.

Située à 50 millions de kilomètres environ, Vénus serait faite de terre, recouverte de nuages qui font pleuvoir de l'acide sulfurique.

Mon bon sens refuse de croire que cette lumière dans le ciel n'est qu'un reflet du soleil. Sa luminosité est excessive. Un reflet ne peut pas briller aussi intensément sur une aussi grande distance. N'oublions pas que cette lumière doit réussir à rebondir sur des nuages lointains, puis franchir l'épaisse atmosphère terrestre, avant de venir défier mon double-vitrage et mon éclairage. Sans blague. Elle brille plus que le train...

À force de constater des anomalies de cet acabit, j'ai fini par me poser de plus en plus de questions sur l'espace, sur le monde, sur l'être humain et sa place dans ce que nous nommons orgueilleusement "univers". À défaut de réponse cohérente, j'ai appliqué ma stratégie habituelle, à savoir échafauder des théories basées sur la logique, en attendant que la vérité puisse enfin éclater.

C'est dans ce contexte que La Ferme Humaine a été rédigée puis auto-éditée. Ce livre est avant tout une claque destinée à réveiller nos consciences assoupies, ramollies par la chaleur du confort, hypnotisée par les promesses technologiques grandioses qui ne débouchent que sur du consumérisme addictif. Il est temps d'arrêter de croire la propagande rassurante colportée par la culture ambiante car notre futur s'annonce plus sombre que notre présent. Il est temps d'admettre que notre apparente modernité est un leurre aussi utile que nocif. Il est temps d'envisager que nous sommes loin d'être ce qui se fait de mieux en matière d'intelligence et d'évolution. Il est temps de se demander si nous ne sommes pas sous influence à notre insu.